Go to LeighWeb Home Page            

6 May 2009

Groping in the culture

Recently I posted an article for the Daywatch blog. I'm posting it here and adding the French translation which was done for me by Samuel Rhein for inclusion in his regular French-language prophetic bulletin.

This month's post is bit of a departure perhaps to what you've become accustomed to in Nightwatch/Daywatch materiel. First off, to set the stage, I'm an American living in Europe, which has afforded me some rich fodder for cultural perspective. As an adopted son of Europe, my "identity" as a European is not a "given" that runs as an undercurrent, woven into all thought and practice. No, for me, it has been a subject of ardent seeking, joy, consternation, purposeful reflection, frustration, etc. Add to that a call to intercession and I'm reminded of Paul's discourse to the Athenians (Europeans), that God has carefully placed us at a specific time/space intersection in order that we might "grope" to find Him (Acts 17:26-27). The realities and implications of my adoptive cultural identity have often left me groping for God to assure myself that He's still with me and to actively bring Him into my circumstances. Additionally, a bit of distance from the States also gives me new perspectives on the land where I spent the first 38 years of my life.

Consequently, I've come to think that there is perhaps a pseudo-command in the Athenian discourse with respect to our cultures...be they adoptive or native.

He made from one man every nation of mankind to live on all the face of the earth, having determined their appointed times and the boundaries of their habitation, that they would seek God, if perhaps they might grope for Him and find Him, though He is not far from each one of us

The culture and society in which we find ourselves is not simply to be a "given" in our lives to which we give little to no reflection, as if we were on a raft drifting inexorably with the current of a slow-moving but powerful river. According to this passage, its particularities should provoke us in some way so that we engage more deeply in our seeking (and finding) of God...who apparently is just waiting for us to start asking important, critical questions about our historical and geographical context.

Speaking of Jesus, Paul says in Col 1:18-20:

He Himself will come to have first place in everything. For it was the Father's good pleasure for all the fullness to dwell in Him, and through Him to reconcile all things to Himself, having made peace through the blood of His cross; through Him, I say, whether things on earth or things in heaven.

Speaking of us, Paul says in 2 Cor 5:18-19:

Now all these things are from God, who reconciled us to Himself through Christ and gave us the ministry of reconciliation, namely, that God was in Christ reconciling the world to Himself, not counting their trespasses against them, and He has committed to us the word of reconciliation.

I like to re-phrase "gave us the ministry of reconciliation" as "appointed us to administer His reconciliation." I think that shakes some of the religious baggage off the verse and gives us a scope that, in my opinion, is more in line with Paul's intention and Jesus' call.

When you put these passages together, you see that God has established our lives in an historical and geographical context (which equates, in fact, to a culture) so that we would find Him in it, and once having found Him would administer the reconciliation of all things to Himself in that context.

As intercessors working to pull the Church in Europe through to her destiny, I believe that we need to call out to the Church, in the Spirit, to:

  • "Actively grope" for God in this particular historical/geographical context. This is in sharp contrast to living in our native cultures, simply assuming that all our societal interactions are "normal." Rather to actively bring things to God's Throne and seek His perspective.
  • Meditate on the intersection of our earthly and heavenly citizenships; again asking God what His perspective is and "actively groping" to understand the goal of this intersection in the administration of reconciliation. We see that Paul is neither ignorant nor indifferent to both his citizenships.

To bring this home, and spill the beans a bit more on my particular situation, I want to give an example. In French language school, our professor (a Christian) told us that whenever there is a problem in a French person's life, one of the first reactions is to look to a government-supplied solution. According to him, this was the general reaction amongst Christians as well. Certainly this would be a broad generalization, but there is certainly some truth to it. This is an example of the French Church drifting on the cultural stream instead of hoisting the sail to see what the Wind of the Spirit might be saying. Certainly there is nothing intrinsically wrong with the government providing solutions to problems and certainly God can and does provide using many different agencies. There is something wrong, however, with the Body of Christ (individually or corporately) assuming that the government is their first-stop solution for challenges they face. A similar trap for the Body of Christ exists in the States with respect to tax-exempt status for charitable organizations. And in Canada for example, Christian Schools enjoyed government subsidies for a period. When the subsidies ended, a large percentage of those schools failed.

Our collusion with culture is extremely subtle but also extremely powerful. Now is the time for the Church to begin to earnestly ask the Lord for light to reveal where we are colluding and grace to walk a different path.


Tout d'abord, pour poser le décor, je suis un Américain vivant en Europe, ce qui a alimenté richement ma perspective de la culture. En tant que fils adopté de l'Europe, mon «identité» européenne n'est pas un "don" qui fonctionne comme une évidence, tissé dans la pensée et la pratique. Non, pour moi, cela a été un sujet de recherche ardent, de joies, de consternation, de réflexion utile, de frustrations, etc. Ajoutez à cela un appel à l'intercession et je me rappelle le discours de Paul aux Athéniens (les Européens), montrant que Dieu a pris soin de nous placer à une intersection de l'espace-temps, afin que nous puissions Le trouver en "tâtonnant" (Actes 17:26-27). Les réalités et les implications de mon identité culturelle d'adoption m'ont souvent laissé tâtonner en cherchant Dieu afin de m'assurer qu'il st toujours avec moi et de Lui faire une place active dans mes circonstances. En outre, un peu de distance avec les États-Unis, me donne également de nouvelles perspectives sur la terre où j'ai passé les premiers 38 ans de ma vie.

Par conséquent, je suis arrivé à penser qu'il y a peut-être une instruction cachée dans le discours d'Athènes à l'égard de nos cultures ... qu'elles soient natives ou adoptives.

« Il a fait d'un seul sang toutes les races des hommes pour habiter sur toute la face de la terre, ayant déterminé les temps ordonnés et les bornes de leur habitation, pour qu'ils cherchent Dieu, s'ils pourraient en quelque sorte le toucher en tâtonnant et le trouver, quoiqu'il ne soit pas loin de chacun de nous. »

La culture et la société dans laquelle nous nous trouvons n'est pas simplement "don" dans notre vie auquel nous accordons peu ou pas d'intérêt, comme si nous étions sur un radeau dérivant inexorablement sur le cours lent mais puissant d'une rivière. Selon ce passage, ses particularités doivent provoquer en nous d'une façon ou d'une autre un engagement plus profond de notre recherche de Dieu (Le chercher et Le trouver) ... qui est apparemment en attente en nous et qui commence par se poser des questions importantes et critiques sur notre contexte historique et géographique.

Parlant de Jésus, Paul dit en Col 1:18-20 :

« Il est la tête du corps de l'Eglise ; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. »

En parlant de nous, Paul dit dans 2 Cor 5:18-19 :

« Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! »

J'aime réécrire la phrase « nous a donné le ministère de la réconciliation » comme ceci : « nous a désigné pour administrer Sa réconciliation ». Je pense que cela débarrasse le verset de son bagage religieux et nous donne un champ d'application qui, à mon avis, est plus conforme à l'intention de Paul et de l'appel de Jésus.

Lorsque vous mettez ensemble ces passages, vous voyez que Dieu a créé nos vies dans un contexte historique et géographique (ce qui équivaut, en fait, à une culture), afin que nous Le rencontrions, et que L'ayant trouvé nous administrions la réconciliation de toutes choses à lui-même dans ce contexte.

Comme intercesseurs qui travaillent pour tirer l'Église en Europe vers sa destinée, je crois que nous avons besoin d'appeler l'Eglise, dans l'Esprit, à :

  • « tâtonner activement » pour chercher Dieu, dans une tel contexte d'histoire / de géographie. Ceci est en frappant contraste avec le fait de se laisser vivre dans la culture où nous sommes nés, en supposant simplement que l'ensemble de nos interactions sociales sont «normales». Travaillons plutôt activement à amener les choses au Trône de Dieu et à chercher son point de vue.
  • Méditer sur l'intersection de la citoyenneté de la terre et du ciel ; demandant à Dieu ce qu'est Sa perspective et « tâtonnant activement » pour comprendre l'objectif de cette intersection dans l'administration de la réconciliation. Nous voyons que Paul n'est ni ignorant ni indifférent à ces deux citoyennetés.

Pour s'approprier cette réalité, et 'secouer le cocotier' un peu plus dans ma situation, je veux donner un exemple personnel. En école de langue française, notre professeur (un chrétien) nous a dit que chaque fois qu'il y a un problème dans la vie d'un français, l'une des premières réactions est de se tourner vers une solution fournie par le gouvernement. Selon lui, cela a été la réaction générale parmi les chrétiens aussi. Certes, ce serait une généralisation trop hâtive, mais il y a certainement une part de vérité à cela. Ceci est un exemple de l'Eglise de France se laissant aller à la dérive sur le courant culturel au lieu de hisser la voile pour voir ce que le vent de l'Esprit peut dire. Certes, il n'y a rien d'intrinsèquement mauvais avec un gouvernement qui fournit des solutions à des problèmes et certainement Dieu peut utiliser et apporter l'aide au travers de nombreux organismes. Il y a cependant quelque chose de mal si le Corps du Christ (individuellement ou collectivement) présuppose que le gouvernement est le premier guichet, l'unique solution pour les défis auxquels il est confronté. Un piège équivalent pour le Corps de Christ existe aux USA en matière d'exonération fiscale pour des organisations caritatives. Au Canada par exemple, les écoles chrétiennes bénéficient de subventions publiques pour une période. Lorsque les subventions s'arrêtent, la plupart de ces écoles ferment.

Notre collusion avec la culture est extrêmement subtile, mais aussi très puissante. Il est maintenant temps pour l'Eglise de commencer sérieusement à demander au Seigneur de la lumière pour révéler l'endroit où nous sommes en collusion et la grâce de marcher sur une voie différente.

Entry Posted on: 6 May 2009 at: 10:50 am Comments (0)  PermaLink Culture,Ministry,Personal,Reflection

Comments are closed.